Pachimottanasana


Paschimottanasana 2 Traditionnellement nous connaissons la pince sous le nom de « Pachimottanasana », mais nous allons élargir l’étude en intégrant les variantes et la pratique des pinces selon des orientations différentes.

  • PASHIMA : parties postérieures du corps et extrémités (orteils, doigt, sommet de la tête)
  • UTTANA : étirement
  • ASANA : posture

Pachimottanasana est donc la posture qui étire toutes les parties postérieures du corps, des doigts aux orteils et qui concerne le sommet de la tête.

Dans la symbolique, cette posture correspond à l’arc de Rama: arc de la vertu de la justesse et de la vérité.

Ainsi les pratiquants doivent-ils exécuter Pachimottanasana avec la précision de la flèche qui atteint la cible en profondeur, afin d’obtenir ce qu’on appelle l’état de libération.

« Posture qui fait passer l’énergie le long de la moelle épinière » 

de la base de la colonne vertébrale à SAHASRARA Chakra !

« Cette posture nous guide sur le chemin de la sagesse, de l’ignorance à la connaissance, des ténèbres à la lumière. »

  •    Respiration : Cette posture se pratique sur un cycle respiratoire, avec Tria Bandha (contraction du menton, du périnée et de l’abdomen). Selon la tradition, la posture doit être exécutée sur un seule respiration (de 15 à 30 secondes pour augmenter progressivement jusqu’à 45 secondes, voir 1 mn 30 avec de l’entrainement). Elle peut être répétée de 3 à 12 fois.
  • Concentration : La concentration se pose sur Manipurachakra, au niveau du nombril.
  • Place dans la série : En raison de son caractère dynamique, elle doit être prise après les postures méditatives ( Padmasana, Veerasana…)
  • Bienfaits de la postureMalgré sa simplicité, Pachimottanasana  est une posture très efficace au niveau physique.

– elle tonifie les abdominaux et par sa pression sur les viscères réduit la constipation (à condition d’en respecter la durée et de faire UDDIYANA BANDHA).

– elle donne un maximum d’élasticité aux muscles des jambes et du dos, et allège la sensation de lourdeur du corps provoquée par l’inactivité musculaire.

– elle amincit la taille, les hanches et les cuisses,

– elle assouplit l’articulation de la hanche,

– elle réduit la faiblesse séminale,

– selon les textes,  elle prolonge la durée de vie.

  • Contre-indications : Déchirures musculaires postérieures et déchirure du tendon d’Achille. Troubles intestinaux aigus.
  • TechniquePashimottanasana est une des principales posture de Yoga dont les effets sont physiques, psychiques et spirituels.

Elle fait partie des postures dynamiques. Il est important d’étirer et de ne pas tirer.

Les jambes doivent être tendues, et le buste doit fléchir en avant selon les possibilités et sans acharnement.

Il convient de toujours essayer de conserver un étirement lombaire, d’aplatir et d’allonger l’ensemble du dos et de bien étirer la nuque.

  • Prise de posture :

Paschimottanasana 2

  1.  s’asseoir jambes allongées rapprochées, pieds joints, buste et tête droits sans raideur, les mains jointes en SHIVA MUDRA ou à plat sur les genoux, ou les bras tendus à la verticale.
  2.  incliner le buste droit en avant pour crocheter les gros orteils avec les index. Si vous ne pouvez pas, saisissez les chevilles ou les mollets.
  3. les pieds sont fléchis en tendant bien les jambes et en poussant les talons en avant.
  4. continuer à s’incliner en avant par le bas et le milieu du dos, puis pliez les coudes jusqu’à ce que le buste se pose sur les cuisses.
  5. Avant de poser le visage sur les jambes, prendre soin de bien étirer la nuque, puis poser les coudes au sol.

Attention, la tête se pose en dernier. Quant la posture est en place l’étirement dorsal doit être senti de la nuque aux sacro-lombaires.

Il existe différentes variantes en posture assise.

« Pour pratiquer cette posture, nous devons développer : patience et persévérance afin de vaincre sans violence! » 

                                                                                            Shri Mahesh

La préparation à Pashimottanasana peut être précédée par :

Maha Mudra Asana qui fait également partie des postures de base ; symbole de la Grande lumière.


paschimottanasana-half1

  • Debout:

Padahasta Asana (pince debout)padahastasana

Il est important de bien étirer les muscles postérieurs de la cuisse, afin de permettre une bascule du bassin plus importante et de soulager les disques intervertébraux de la région lombaire.

  • Couché :

Halasana (charrue)

halasana 2

Conclusion:

Pachimottanasana pratiquée régulièrement et ‹ avec tout son cœur › permet, grâce à son double aspect, physique et spirituel, de pénétrer dans la voie de la sagesse.

Extrait de Yoga et Vie n°9 page 3 (sauf pour les dessins)

 

om4